+33 (0)1 73 01 90 58

L’une des raisons pour laquelle la méthode GTD fonctionne pour tout le monde, indépendamment des profils et préférences psychologiques, c’est qu’elle invite à répondre à deux questions fondamentales. Deux questions auxquelles tout cerveau humain doit répondre, s’il veut arriver à faire quelque chose : « qu’est-ce que je veux vraiment faire ? », et « par quoi je commence ? ». Les réponses à ces deux questions devront être organisées dans un système de confiance, soit informatique, soit papier. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est la qualité de la précision apportée à cette réponse.

Rappelez-vous, lorsque vous avez appris votre alphabet, ou si vous avez des enfants en âge de l’apprendre, observez comment ils font. Généralement, ils récitent en tentant d’aller dans l’ordre à A à Z. Une fois qu’ils ont réussi, qu’ils ont dit le dernier Z, ils sont très fiers d’eux. Éventuellement, tout le monde applaudit autour, il y a beaucoup d’énergie, et ils n’ont qu’une envie : recommencer. Que se passe-t-il maintenant, s’ils s’arrêtent à W ? Ou X, Y ? Rien. Tout le monde attend, car tout le monde sait que c’est pas fini, même l’enfant lui-même. Et pour peu qu’il arrive à Z, que se passe-t-il s’il a commencé par B, ou C, D ? Rien de plus, car là encore, tout le monde sait qu’il manque quelque chose. Et en général, l’enfant n’arrive même pas à commencer s’il ne commence pas par A. Car l’alphabet, c’est aller de à A à Z.

Il en va de même avec tout ce que nous avons à faire. Quel que soit notre projet, il nous faut une ligne d’arrivée et un point de départ clairement identifiés. Il nous faut un A, et un Z. Ainsi, pour chaque chose que nous avons notée à faire, lors de l’étape de Clarification de GTD, nous devons répondre à l’identification de la ligne d’arrivée, c’est-à-dire notre Z, et à l’identification de la toute prochaine action à entreprendre pour y parvenir, c’est-à-dire notre A. Ces deux points sont majeurs dans l’abaissement du niveau de stress, et dans l’efficacité qui sera la vôtre à accomplir chacun de ces projets. Notez tous vos Z au moins dans la fiche projet en question (et je connais certaines personnes qui placent au lieu du nom standard du projet, le résultat qu’ils souhaitent atteindre). Et ce sont tous vos A qui peupleront vos listes de prochaines actions. Le simple fait de se demander, lorsque vous relirez vos listes d’actions, « est-ce bien un A ? », devrait vous permettre d’identifier rapidement les faux départs, c’est-à-dire les actions que nous pensions être les prochaines mais qui, en réalité, nécessitent une voire plusieurs étapes préliminaires avant de pouvoir les effectuer. De la même manière, vous poser la question « est-ce bien Z ? » pour tous les résultats de chacun de vos projets vous permettra de clarifier la ligne d’arrivée, c’est-à-dire définir ce qui doit être vrai de façon à ce que la chose que vous souhaitiez accomplir soit effectivement accomplie. Car la plupart du temps, ce que nous écrivons dans nos listes (et ce qui se trouvent dans les balayages mentaux), c’est quelque chose entre B et Y, qui nous oblige à chaque fois que nous les consultons à retrouver un A, et parfois à nous demander si nous ne sommes pas déjà à Z.

Certes, l’analogie n’est pas parfaite car elle désigne au moyen des lettres de l’alphabet, qui sont de même nature, des choses de natures différentes (une prochaine action, concrète et physique, et un résultat à atteindre qui est une construction mentale). Cependant, j’ai remarqué dans les coachings et formations qu’elle permettait de réellement clarifier les attentes, et d’identifier plus rapidement et avec plus de confiance quelle était la vraie prochaine action, et quelle était la vraie ligne d’arrivée. J’espère que cela pourra également vous aider, que vous pratiquiez ou non GTD.

 

%d blogueurs aiment cette page :