7 octobre 2015
Romain Bisseret

Du changement à l'évolution

J'ai toujours été fasciné par le pouvoir des mots. Ils appartiennent à la catégorie de ces choses qui peuvent avoir un impact majeur sous des apparences anodines. De ces choses qu'il semble possible de négliger au motif que "vous voyez ce que je veux dire"... quand finalement on n'est pas sûr de bien voir.

C'est novembre, temps compris, et je le ressens d'autant plus à la fraîcheur qui se fait sentir également dans cet atelier de fabrication de grenaille de fer. Ma cliente, RH nouvellement arrivée, me présente les lieux : la propreté est douteuse, les jointures laissent passer les intempéries, les vestiaires sont condamnés, la chaîne de production poussiéreuse, les toilettes très limite. Dans les bureaux à l'étage, c'est neuf mais mal entretenu. En poste depuis deux mois, elle m'explique la montée des conflits entre l'équipe, le chef de prod, les n+1, les conditions qui se délabrent, au propre comme au figuré. Et dans tout cela, elle, dont le prédécesseur est parti en congés maladie pour une durée "indéterminée", et qui a pour mission "d'accompagner la restructuration de l'atelier". Elle m'explique en séance que l'atelier a fait l'objet d'un audit et que, pour aller dans le sens du changement, les consultants embauchés il y a quelques mois ont lancé le programme "Limit" qu'elle a en charge d'accompagner maintenant. À ma question lui demandant de répéter le nom du programme, je perçois un déclic chez elle. "Limit... c'est pas vrai... limit !". Depuis le départ des consultants, l'atelier était en mode "limit" : limitations des ressources (sans doute en vue d'une réduction des coûts...), limitation des initiatives (sans doute pour se concentrer sur le cœur de métier...), limitations des équipes... bref, des limites partout. Avec en résultat autant de limites dans la tête du personnel qui, lui, doit travailler là tous les jours.
Parmi les mots qui, à mon sens, sont contre-productifs par rapport à ce que ceux qui les emploient souhaitent obtenir, il y a "changement". C'est un mot qui est partout depuis tant d'années maintenant qu'il fait partie du paysage ; le nombre de livres consacrés au changement augmente toutes les trois secondes, des départements entiers sont créés pour accompagner à cela, et les coaches, dont je suis, en sont quelque part l'émanation la plus visible. Et pourtant, ce n'est pas vraiment de changement qu'il s'agit. Dans son acception la plus courante, "changement" indique le passage d'un état à un autre, c'est-à-dire le passage d'une certaine stabilité à une autre stabilité, d'un point A, qui est l'actuel dont il s'agit de se défaire, à un point B qui est le souhaitable qu'il s'agit d'atteindre. Or, même si les spécialistes du changement savent bien qu'en entreprise, il y a une nuance sur laquelle je vais revenir, il n'empêche que les collaborateurs, au quotidien, en restent à cette définition-là : le passage d'un état A, moi maintenant et ce que je fais, à un état B. Le problème, on le voit, c'est que ça suppose que cet état A (moi, maintenant et ce que je fais) n'est pas "bon" (puisqu'il faut en sortir), et que l'état B soit défini (puisqu'il s'agit d'y aller). Il y a là deux écueils : la remise en cause des collaborateurs et/ou de leur environnement, et la non-définition de l'état d'arrivée... qui fait qu'on ne sait pas, finalement, à quoi ressemble la destination, ce qui rend la projection d'autant moins possible. Et pour entreprendre quoi que ce soit, le cerveau a besoin de savoir où il va.
Les spécialistes du changement savent pourtant que cette définition "de A vers B" est inexacte, car ils savent pour la plupart que B n'est pas définissable, pour une bonne raison : le changement est permanent... ce que l'on sait depuis Héraclite ("on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve"), quand on connaît Héraclite. C'est-à-dire qu'en fait, il n'y a même pas de B. Le changement qu'il s'agit d'accompagner n'est pas un passage instable entre deux stabilités, c'est le fait même d'être constamment en instabilité, constamment changeant, constamment en mouvement. L'état a atteindre est celui d'adaptation constante à l'environnement. C'est-à-dire qu'en fait, il ne s'agit pas de changement, mais d'évolution. Ce mot-là, évolution, est beaucoup plus juste pour l'ensemble de nos contemporains, car il sait mieux faire passer l'idée de mouvement perpétuel, et qu'il valide également le point de départ (le A, moi maintenant et ce que je fais) comme étant bon, la base sur laquelle construire le devenir. Ne serait-ce que la célèbre théorie darwinienne, qui veut que chaque être s'adapte à l'environnement au cours du temps pour survivre et engendre ce faisant un nouvel être qui devra faire de même à son tour pour survivre. Aucun changement, mais une évolution. J'ai remarqué, avec mes quelques clients, que ce simple changement de vocabulaire pouvait changer toute une posture, toute leur attitude face au "changement" de leur entreprise. Et de fait, je ne parle plus de changement, je parle toujours d'évolution. Changer (sic !) de mot n'est sans doute pas la solution miracle pour emporter l'adhésion immédiate des foules, mais c'est beaucoup plus honnête, et plus efficace pour autant que j'ai pu le constater à mon simple niveau.

Quant à ma cliente, à la question de savoir quelle évolution elle souhaitait accompagner pour son atelier, elle m'a répondu : "je veux en faire un benchmark pour le groupe". Le nom est passé de "Limit" à "Benchmark",  et le programme a changé du tout au tout. Est-ce que le mot seul est à l'origine du changement... pardon, de cette évolution ? Sans doute pas, mais sa contribution est loin d'être négligeable.
Pour finir, à qui douterait encore du pouvoir des mots, je vous laisse avec Mohammed Qahtani, vainqueur du concours Toastmasters 2015 avec The Power of Words :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 juillet 2020
Du bonheur d’effectuer des réunions en ligne performantes : les Liberating Structures à la rescousse.

Les Liberating Structures nous permettent de facto d’avoir des séances de travail en ligne vraiment productives et satisfaisantes.

3 avril 2019
Inclusion avec les Liberating Structures

Compte-rendu de la conférence Liberating Structures de Seattle 2019, par Frédéric de Verville.

7 mars 2019
Alignement : de la raison d’être à la prochaine action

La méthode Getting Things Done permet un incomparable alignement de la raison d'être et des actions d'une personne, d'une équipe ou d'une société. ll suffit d'utiliser les Horizons d'attention d'une manière précise.

9 mai 2018
Les 3 paradoxes de GTD (et comment s’en sortir)

La mise en place de la méthode GTD (Getting Things Done) rencontre trois écueils principaux, qui peuvent se surmonter en appliquant un principe directeur et une piste d'actions concrètes.

12 décembre 2017
GTD et les responsabilités : le pont entre l'action et la raison d'être

Les Zones de Responsabilités sont un des Horizons d'Attention majeurs de GTD. Pour autant, ils sont souvent méconnus et sous-utilisés.

30 novembre 2017
Du jeu des polarités dans une réunion de gouvernance

Le sujet du jour va concerner l'Holacracy et notamment la réunion de Gouvernance. Cette réunion est celle où les membres d'un même cercle vont travailler collectivement sur la structure de l'organisation. Il se trouve qu'elle est souvent mal vécue au départ à la fois par les participants et souvent par les facilitateurs eux-mêmes. J'aimerais partager aujourd'hui […]

10 novembre 2017
À l'aide ! J'ai trop de réunions. Je n'arrive plus à avancer !

L'avalanche quotidienne de réunions et de courriers électroniques m'empêchent de vraiment mener mes projets à long terme.
Comment est-ce que je peux faire pour avancer sur ce qui compte le plus pour moi sans me laisser happer par ce qui retient trop souvent mon attention ?

30 octobre 2017
Holacracy et GTD : de la gestion de soi à l'organisation collective

Les rapports étroits qui existent entre les méthodes GTD et Holacracy font qu'il est délicat d'être efficace dans la seconde sans pratiquer la première. Par construction.

27 juillet 2017
Partir en vacances dans les meilleures conditions

Partir en vacances pour aller se reposer, c'est bien. Partir l'esprit libre, c'est encore mieux.

Existe t-il des bonnes pratiques permettant de systématiquement au manager de mettre tout son environnement de travail en ordre de manière à partir l'esprit serein sans être inquiété d'une possible mauvaise surprise à son retour ?

Ces bonnes pratiques peuvent être extraites de ce qui s'appelle la Revue Hebdomadaire

Nous voyons ici comment les adapter pour un départ en vacances.

1 juillet 2017
La prochaine action, ou comment s'auto-déléguer

Le concept de la Prochaine Action est fondamental dans GTD et la plupart des gens ont souvent l'impression d'être familiers de la chose. En pratique, c'est une autre histoire.

16 juin 2017
Covey vs. Allen : Complémentarité ou Contradiction

Les "7 Habitudes" et GTD sont deux méthodologies complémentaires qui s'enrichissent l'une l'autre.

5 juin 2017
L'open space stimule la créativité...

L'open space est une entrave majeure à la productivité des personnes en entreprise. Certaines ont trouvé une parade ingénieuse...

24 mai 2017
Un Jour, Peut-être : la liste GTD au potentiel infini

En bon praticien GTD, vous avez une liste de choses que vous aimeriez faire, un jour, peut-être. La fameuse liste « Un Jour / Peut-être » qui porte bien son nom. Comment s'en servir efficacement ?

7 mai 2017
GTD et Pomodoro

Il est également possible d’utiliser d’autres méthodes de productivité avec GTD, notamment lorsqu’il s’agit d’aider à la concentration (Pomodoro). C’est ce point qui va nous intéresser aujourd’hui.

18 avril 2017
GTD : La revue (hebdo) express

La Revue Hebdomadaire est un incontournable de la méthode GTD. C'est également une des habitudes les plus délicates à mettre en place et à conserver dans le temps. Sa durée est souvent invoquée comme le frein principal par les personnes qui s'y mettent.

3 avril 2017
Gouvernance en Holacracy : le mieux est l'ennemi du bien

La réunion de gouvernance, pilier de l'holacratie, permet à chacun d'oeuvrer individuellement au résultat commun.

7 mars 2017
Holacracy: what about the people?

Holacracy is often critiqued for being inhumane. This is a false statement, in that Holacracy doesn't apply to human relationships. We've been running Holacracy for 2,5 years, here's how it went for us.

4 janvier 2017
Holacratie : et l'humain dans tout ça ?

La plupart des commentaires à charge contre l'holacratie mentionne un caractère "non humain". Or, les rapports humains n’ont rien à voir avec la façon de travailler ensemble. Voyons pourquoi.

18 avril 2016
GTD... de A à Z ! ou la technique de l'alphabet

La méthode GTD demande d'identifier clairement la prochaine action et le résultat final de tous nos projets. À cette fin, l'alphabet peut être une analogie efficace.

7 octobre 2015
Du changement à l'évolution

J'ai toujours été fasciné par le pouvoir des mots. Ils appartiennent à la catégorie de ces choses qui peuvent avoir un impact majeur sous des apparences anodines. De ces choses qu'il semble possible de négliger au motif que "vous voyez ce que je veux dire"... quand finalement on n'est pas sûr de bien voir. C'est […]

Certification VeriSelect
Référencé Datadock
Certification Qualiopi
Mentions légales
Politique de confidentialitéConditions générales
Décideurs Magazine
In Excelsis S.A.S. au capital de 10.000 €
26 rue du Commandant René Mouchotte, 75014 Paris
RCS de Paris 810 870 998
TVA intracom FR58810870998
Organisme de Formation Professionnelle n° 11755387575
Distributeur exclusif
Partenaire officiel
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram
%d blogueurs aiment cette page :