+33 (0)1 44 30 06 37

Durant mes études musicales, comme tout étudiant en composition j’ai évidemment appris l’harmonie et le contrepoint. Avec le recul, j’y vois aujourd’hui une image éclairante pour le travail d’équipe. Pour vous partager cela, quelques points pour qui n’a jamais fait de musique.

Harmonie et contrepoint

Enchaînements d'accords

Enchaînements d’accords

L’harmonie, en musique occidentale, consiste en l’étude et la composition d’accords qui suivent certaines règles. Ces accords sont formés de notes et les règles qui régissent la constitution des accords sont assez précises. Ainsi, on ne peut pas faire enchaîner les accords n’importe comment, et les notes qui les constituent ne peuvent pas non plus faire n’importe quoi d’un accord à l’autre. Les accords s’agencent sur les temps de la mesure, ou à tout le moins en rapport avec eux. Le plus souvent, ils sont un soutien de la mélodie, qui évolue « au dessus ». Nous sommes dans une structure clairement verticale.

Le contrepoint, pour sa part, a une approche différente. Au lieu de rendez-vous verticaux, comme les accords, il s’envisage de manière horizontale, comme des couches successives ayant leur vie propre et se basant sur la ligne mélodique principale. C’est-à-dire que chaque note suit sa propre mélodie, à son niveau, suivant des règles communes à l’ensemble, et en relation avec une mélodie de départ (qui peut être placée sur différentes voix).

Et le travail d’équipe, donc ?

Alors quel rapport avec le management ou le travail d’équipe ? Une transposition possible me paraît être la suivante. D’un côté une vision « synchrone »(les accords), où les acteurs, représentant les notes, se rejoignent à des moments définis tous ensembles pour travailler au projet commun, et avancent de rendez-vous en rendez-vous (les réunions) suivant les temps forts (de la mesure). Dans cette vision, il y a une équipe production, des fonctions supports, et chacun reste bien à la place qui lui est attribuée. On communique en temps réel, et à l’issue on prévoit ce que chacun aura à faire pour la prochaine fois (où il pourra aller dans l’accord).

Contrepoint "fleuri"

Contrepoint « fleuri »

De l’autre côté, on a une vision « asynchrone », où chaque élément de l’équipe (chaque note) poursuit sa propre mélodie (ses actions et projets) tout en tenant compte, et en intégrant, les mélodies des autres, et en se basant sur le but commun (la mélodie de base). Dans les deux cas, le résultat est une production commune, un projet terminé. Et d’ailleurs tout travail collaboratif doit et peut faire usage de ces deux types de fonctionnement (de même qu’en musique, harmonie et contrepoint ne sont pas nécessairement exclusifs). Mais il me semble que le contrepoint est une vision davantage en phase avec le monde actuel et son évolution : une œuvre constituée par la participation autonome de chacun au sein du tout ; des personnes qui sont en charge et responsabilité de leurs projets, de leurs actions, qui prennent leurs responsabilités (ou qu’on leur autorise à endosser), et qui travaillent en relation avec les autres à la réalisation de l’œuvre commune. Pour moi, les premiers travaillent en groupe, les seconds en équipe.

Cadence (parfaite)

Comme tout bon compositeur connaît et l’harmonie et le contrepoint, tout bon manager, tout bon responsable doit être à même de faire fonctionner son équipe de manière synchrone et asynchrone : donner ou transmettre une direction claire (la mélodie dans les deux cas), utiliser les points de rendez-vous (accords) qui la soutiennent, et laisser les collaborateurs responsables de leurs missions (contrepoints) pour un enrichissement (une plus grande musicalité) de l’œuvre.

%d blogueurs aiment cette page :